Chargement... Merci de patienter quelques secondes...
 
 
 
 
 
 

Badia Masabni
Baida Masabne in 1968, playing sagat
1893-1975
Badia Masabni, la marraine de la danse orientale, est née au Liban, qui faisait à ce moment-là partie de la Syrie.
Elle s’installa au début du  XXème  siècle en Egypte où elle a très bien gagné sa vie en tant qu'actrice et danseuse. Quelques années plus tard au Caire - à cette époque le centre de l'industrie du divertissement dans le Moyen-Orient - elle a créé le premier music hall égyptien en 1926. Badia a appelé son cabaret l’ «Opéra Casino» mais on l'a également connu sous le nom de Badia’s Casino  ou de Madame Badia's Cabaret. Cette boîte de nuit a offert toute une variété de divertissements, tels que chant, danse, magie, etc.
Badia l'a conçu d’après le modèle des cabarets européens afin d'attirer tout autant le public du Moyen-Orient et que le public Européen visitant de plus en plus l'Egypte. Son casino a en effet à attiré un public varié provenant du monde entier. Mais il était plus qu'un cabaret ordinaire, il était le lieu de ralliement de tout le beau monde du Caire. Sans compter qu’il a offert des spectacles seulement ouverts aux femmes, permettant ainsi que le divertissement pour les dames musulmanes ne soit plus un privilège.
Dans les années 40, le Casino Badia prit part à l’Histoire pendant la guerre alors qu’officiers, escrocs, et espion se mêlaient pour voir les célèbres danseuses de Badia. Ayant échoué à la convaincre, les nazis par leur propagande accusèrent Badia d’être tour à tour un traître, un dangereux espion et un agent secret britannique. 

La danse orientale va connaître au début des années 30 une révolution sans précédent sous l’impulsion de Badia Masabni, une actrice reconvertie, d’origine syro-libanaise.
Révoltée par l’excès d’indignité dans lequel se vautrait un métier qu’elle avait choisi par passion, elle mit son point d’honneur à le rendre fréquentable. Dans ce dessein, elle révolutionna littéralement cette activité multiséculaire. C’est ainsi qu’elle substitua à la lascive «danse du ventre», où seuls le bassin, les hanches et le ventre dénudé étaient sollicités, le raqs charki, lequel met à contribution toutes les parties du corps de façon isolée, multiplie les jeux de hanches et les ondulations du bassin et requiert des déplacements sur scène.
A Hollywood, Badia Masabni emprunta le voile et le costume deux-pièces à sequins ; dans le folklore égyptien elle puisa un vocabulaire très imagé : chameau (ondulations du bassin à l’intérieur), serpent (ondulations des hanches à l’intérieur), maya (ondu-lations des hanches à l’extérieur); pour ses ouailles, elle construisit un temple, le Casino-Opera, planté au cœur du Caire.
Plusieurs générations de danseuses s’y sont illustrées: Nagwa Fouad, Sohaïr Zaki, Mona Saïd, Fifi Abdou, Lucy, Dina. Toutes y ont perpétué les enseignements de Badia Masabni.
 


vidéo Casino Badia Masabni








Dina

Dina est sans conteste la star d'Égypte et la danseuse orientale la plus connue dans le monde. Reconnue dans tout le monde arabe, elle est originaire du Caire et issue d'un milieu modeste : son père était coiffeur pour hommes. Dina a débuté en dansant dans des troupes folkloriques de style Reda, puis elle s’est faite repérée en dansant à l'hôtel Sheraton du Caire et a commencé sa longue carrière de danseuse en dansant dans les cabarets et pour les mariages. Elle a également joué dans plusieurs films, tourné dans des clips vidéos et dans des séries télévisées, comme Raya we Sakina, activités qu'elle continue d'exercer actuellement.     
Dina est connue pour sa danse, bien sur, mais également pour des sujets aussi différents que sa culture et ses scandales. D'une part elle a la réputation d'être une danseuse cultivée, ayant suivi des cours à l'Université, à la faculté de philosophie, et passé un diplôme équivalent à une maîtrise. D'autre part, elle a fait parler d'elle pour des raisons beaucoup plus triviales : mariée plus de six fois à de riches hommes d'affaires et patrons d'hôtel, elle a été l’objet d’un scandale célèbre et médiatisé qui terni un temps sa réputation et celle des danseuses en Égypte.     
Dina a définitivement créé son propre style, un style unique et particulier souvent sujet à controverses mais également imité par les danseuses du monde entier, y compris les égyptiennes. Elle influença toute la génération des années 1990-2000. Le talent de Dina réside dans sa capacité à allier une technique ultra subtile à une interprétation charismatique de la musique.     
Elle danse et dispense chaque année des stages lors des très célèbres festivals de Raqia Hassan, les festivals Ahlan we Sahlan. On peut actuellement la voir danser au Semiramis, entourée d'un impressionnant orchestre composé d'une trentaine de musiciens. 
 
forum Bab el qahira


http://www.danseusesorientales.com/images/dina2_feb04.gif

vidéo Dina
vidéo Dina


Dandesh

http://img.youtube.com/vi/hb1M3VHCmbY/3.jpghttp://s3.mcstatic.com/thumb/2350094/0/4/catalog_item5/0/1/dandesh_at_soir_e_ala_hesbo_wedad_galby.jpg

vidéo Dandesh
vidéo Dandesh


Fifi Abdo

Reine de la danse orientale, elle est admirée par des millions de personnes d'est en ouest. La danseuse du ventre égyptienne Fifi ABDOU est avant tout une femme d'affaires dont le businnes est florissant…
Fifi a commencé en tant que danseuse puis à progressée en faisant des mariages. Quelques années plus tard elle se tourne vers le cinéma et le théâtre. C'est une grande admiratrice de la légendaire Tahiya CARIOCA et veut même produire un film sur la vie de Taheya.
Ses cinq show controversés dans cinq lieux étoiles l'ont rendue célèbre.

"Depuis 25 ans, les cœurs chaloupent au rythme des hanches de Fifi Abdou, la plus célèbre danseuse orientale actuelle. Mais sous les paillettes se cache une actrice à forte personnalité qui a incarné plus de trente rôles.
Le nombril du monde
Et si son secret tenait à cette capacité qu'elle a de renaître, à chaque film, à chaque pièce de théâtre ? C'est pour connaître de près ce secret que nous l'avons rencontrée. Elle nous a accueillis avec un radieux sourire, en tenue légère et jeune et les cheveux au vent, au théâtre où elle répète Eddallaï ya Dossa (Laisse-toi choyer Dossa). Elle saluait autour d'elle en inclinant la tête. Elle avait l'air décidément fraîche et jeune, loin du scintillement des bijoux, des coiffures précieuses, du froissement des robes de soie. Autour d'elle, tout le monde s'activait pour obéir aux instructions de l'idole du spectacle. Elle nous a invités à la rejoindre dans une salle couverte de miroirs qui lui renvoyaient les divers aspects de son joli visage. Les intellectuels, la presse, les admirateurs étaient tous là pour suivre les nouvelles du phénomène Fifi Abdou. Certains insinuaient avec sarcasme que nous vivons à l'époque de Fifi Abdou. Cela rime avec chaos et manque de sérieux. « Nous vivons à l'époque des technologies de l'information, d'Internet et des ordinateurs. Si je suis synonyme de cette époque, cela signifie que je suis le progrès, et j'en suis flattée », a-t-elle rétorqué avec un zeste d'humour.
Elle s'est faite un nom dans la pièce de théâtre Chabab imraa (La jeunesse d'une femme) autour du destin tragique d'une femme charnelle qui séduit un jeune étudiant de province et en fait son amant. C'est une pièce de théâtre adaptée du film du même nom où Tahiya Carioca était la vedette. Actrice, dans l'acception cinématographique du terme, elle est aussi une comédienne qui sait styliser son jeu. Fétichisée dans le rôle de Chafaat dans Chabab imraa, son travail si émouvant a conquis le public et lui a ouvert les portes du théâtre. Les producteurs l'ont remarquée et lui ont, très vite, proposé d'autres rôles. Après, il y eut Ekhtaf wa égri (Attrape et décampe), Qéchta wa assal (Crème et miel), Hazzemni ya (Fais-moi danser). Et actuellement, elle répète pour une comédie musicale, composée à sa mesure, Eddallaï ya Dossa, dont la première représentation est prévue en juillet. Elle y danse, sautille, improvise des effets dont le metteur en scène Hassan Abdel-Salam s'inspire. On en retient que la pièce imprime de façon éloquente la vérité profonde de ce personnage principal. Fifi répand la satire et l'humour et dynamise le jeu des autres comédiens. Elle prend des initiatives aussi parce que le metteur en scène la laisse faire tout ce qu'elle veut. Il est toujours curieux de ce qu'elle peut lui proposer. « Ménagez ma vedette », dit-il aux autres comédiens, non sans tendresse, ce que Fifi apprécie. D'un travail à un autre, chemine l'idée que Fifi Abdou n'est pas seulement une star, une icône offerte au regard insatiable des autres, mais elle-même pose aussi un regard sur le monde dans son inextinguible chaos, sur l'histoire en marche. Un regard, une spectatrice lointaine qui agit sur son temps : une héroïne moderne.
Et puis, il y a la danse orientale qui croise le théâtre et le cinéma dans sa conversation. « En ce qui me concerne, l'accumulation du temps passé sur l'exercice de la danse m'a permis de me fondre complètement dans le personnage de danseuse. Personne ne m'a appris à danser. J'observais les autres danser, j'en retenais les détails et les gestes, puis je me suis forgé un style. J'ai commencé à danser pour 150 piastres, que je partageais avec l'accordéoniste et le batteur. Maintenant, je danse chaque jour et je m'entraîne à la diction ». La danse a, par ailleurs, contribué à affiner son jeu d'actrice. « Les danseuses acquièrent généralement un entraînement physique. Par exemple, Tahiya Carioca avait une capacité à jouer avec tout son corps, très différente de celle des autres acteurs. Je sens que je suis le prolongement de Tahiya Carioca ». Elle dit qu'elle partage avec elle l'esprit du don, mais ne peut pas l'égaler dans sa générosité. Tout le monde sait que Fifi Abdou sert des repas aux pauvres dans la tente qui porte son nom au mois de Ramadan. Mais Tahiya allait jusqu'à laver elle-même les assiettes dans lesquelles elle servait à manger aux démunis.
A plusieurs reprises, Fifi a failli abandonner la danse orientale, mais quelque chose la retenait. Peut-être parce qu'elle pense que c'est important, à la fois pour elle et pour les gens. « Je ne me suis pas trompée et c'est tant mieux, parce qu'il faut vraiment beaucoup de dévotion et de confiance de la part de la danseuse et de la comédienne pour continuer son travail pendant plus de 25 ans ». Ses parents ont essayé de la dissuader de danser, mais convaincus de son talent, ils ont fini par la bénir. Actuellement, elle danse peu, elle se concentre sur le cinéma et le théâtre. « J'ai renoncé à la danse dans les cabarets depuis l'été dernier. Je voudrais prouver à tous que je suis non seulement une excellente danseuse, mais aussi une actrice talentueuse. Le cinéma immortalise, en imprimant la personne dans la mémoire du public, surtout celui qui ne peut pas suivre mon travail dans les hôtels et les cabarets ». Certains réalisateurs ont révélé chez elle quelque chose d'inédit, à savoir une certaine violence érotique, une féminité très épanouie. Souvent, ils lui attribuent le rôle de la femme forte, sensuelle, prééminente, qui se venge des hommes qui cherchent à abuser d'elle. « Je fais un métier difficile où je fréquente beaucoup d'hommes. Si je n'étais pas forte, je serais vite évincée. Certains disent qu'au travail je vaux cent hommes, et que dans le privé, je suis la plus fine des dames. Je souscris à cet avis ».
 
On se souvient de son film Zanqet al-séttate (L'Impasse des femmes), où elle incarne le rôle d'une almée à forte personnalité, qui lui a valu un prix et son plus grand succès critique. Ce film est pour elle un film important, parce qu'il lui a donné le goût de son métier, en lui apportant de nouveaux espoirs. « Il a fait rebondir ma carrière et ma vie. Je crois que c'est le travail le plus important que j'ai fourni jusqu'à mon film récent Yamine talaq (La répudiation). Après, je me suis dit : ça y est, maintenant je suis une actrice. C'est étrange, au cinéma à chaque fois j'ai l'impression de renaître ». Son film Yamine talaq raconte les conséquences du divorce sur la famille et les enfants. Sans renoncer à ses armes : la séduction, l'érotisme et la danse, Fifi y interprète un rôle nouveau, celui de la femme en dérive du fait du divorce, dans un film qui n'est pas ouvertement commercial. Pourtant, le public aime. Et Fifi sent qu'une alchimie la lie à ce dernier. Elle le devine au contact dans les salles, dans ses fréquentations, sur les places publiques, au téléphone, etc.
 
Cependant, elle est confrontée à la difficulté de commercialiser ses films. Avant de sortir à l'écran, Yamine talaq est resté deux ans dans les cartons. « Je peux à la limite contribuer au financement de mes films si la production manque d'argent. Mais comment pourrais-je être sûre de leur commercialisation ? Le marché est accaparé par quelques distributeurs. Et pour les convaincre, il faut énormément les solliciter et trouver du piston ». A ceux qui disent qu'elle s'impose par la force de son argent, elle oppose la loi de l'offre et de la demande du marché : ses œuvres touchent un large public. Elle n'a pas peur de jouer les rôles de mère, puisqu'elle l'est déjà dans la vie. « On ne peut pas perpétuer le rôle de Cendrillon. Un jour, il faut passer à autre chose ».
Elle milite pour la défense des droits des danseuses en l'absence de syndicat. « Cela m'agace. Je me bats pour la création d'un tel syndicat, dont je serais peut-être la doyenne ». Elle ne s'oppose pas à la concurrence des danseuses étrangères, parce que l'Egypte a toujours été une terre d'accueil pour les artistes, mais reproche à l'industrie du spectacle ces changements terribles qui font apparaître et disparaître les jeunes gens à la vitesse de l'éclair.
Elle, sa célébrité elle l'a construite pendant les années 1980 qui, pour elle, furent en Egypte les années folles, l'insouciance et l'argent facile. Les gens faisaient n'importe quoi. Et cela se mêlait à un fond de culture consistant à accumuler le plus vite possible un maximum d'argent. Selon les rumeurs qui l'accablent, Fifi était de ceux qui ont adopté ce comportement, amassant en un temps record une fortune colossale. Les chauffeurs de taxi désignent à leurs passagers son immeuble bordant la corniche de Maadi qui vaut des millions, comme un trait de richesse insolente.
 
Dans sa façon de bouger, dans les inclinaisons de sa voix, on sent qu'elle fait ce qu'elle veut. Elle est vraiment l'âme des films et des pièces où elle a joué. L'apport de Fifi y est essentiel et les réalisateurs et les metteurs en scène lui donnent une liberté énorme. On n'oublie pas qu'à Cannes, elle a été assaillie par les photographes, lors de son apparition sur les marches du Palais des festivals, férus de son costume de danse de style pharaonique. Son rêve est de fonder un théâtre portant son nom où elle pourrait monter des spectacles de choix.
Depuis le début des années 1990, elle cumule les reconnaissances des professionnels de la culture et de l'art, en Egypte et ailleurs comme la vedette n°1 de la danse orientale. D'autre part, les fervents admirateurs de l'actrice disent qu'elle a acquis une maturité dans son jeu. « Je crois qu'aujourd'hui, je sais mieux utiliser les choses autour de moi. Je sais de mieux en mieux puiser autour de moi ce dont j'ai besoin pour mon jeu ». Actrice confirmée et figure de proue du spectacle dansant de ces vingt dernières années, dynamique et enjouée, favorite du public dans des comédies romantiques et musicales, elle a acquis à force d'exigence et de perspicacité ce statut de danseuse et d'actrice reconnue, doublée peu à peu de celui de star internationale.
 
1962 : Première danse en public.
1979 : Chabab imraa (La Sangsue), première pièce de théâtre.
1986 : Imraa wahéda la takfi (Une seule femme ne suffit pas), premier film avec Ahmad Zaki.
1992 : Désignée meilleure danseuse orientale du monde par le Département américain à la culture.
1993 : Prix de la meilleure actrice pour son rôle dans Zanqet al-settat (L'Impasse des femmes), décerné par l'Association des écrivains et des critiques du cinéma et par le Festival national du cinéma.
2001 : Désignée meilleure danseuse orientale du monde arabe par le ministère tunisien de l'Information."

Article Al Ahram
 

vidéo Troupe Reda


HEND ROSTOM, actrice égyptienne, voit le jour le 12 novembre 1933 en Alexandrie (Egypte).
C'est par pur hasard que Hend Rostom entre dans le monde du cinéma. Accompagnant son amie à un casting, le réalisateur trouve en Hend sa muse. Sans plus tarder, elle tourne, à l'âge de 16 ans, dans ''Azhaar Wa Ashwak'' (Fleurs Et Epines).
En 1955, le succès est au rendez-vous pour Hend Rostom. Le très célèbre Hassan Al Imam, réalisateur, lui offre un rôle dans son film ''Banat El Lail'' (Filles de Joie).
Parmi ses films : ''Ibn Hamidu'' (1957) (Le fils de Hamidou), ''Bab El Hadid'' (La Portière en Fer) de Youssef Chahine (1958) mais aussi ''La Anam'' (Insomnie) avec Faten Hamama, Omar Sharif et Rushdy Abaza (1958), ''Sira' fi al-Nil'' (Lutte sur le Nil) (1959) et ''Chafika el Koptia'' (Chafika la Copte) (1963).
Pendant une carrière de 30 ans, Hend s'est taillée un portrait d'actrice de séduction à la Marilyne Monroe.
Hend Rostom se retire de la scène artistique en 1979 ne laissant dans la mémoire de son public que des moments de gloire.

vidéo Fifi Abdo
vidéo Fifi Abdo


Farida Fahmy et Mahmoud Reda
Farida Fahmy Site
Hind Rostom
??? ????













vidéo Hind Rostom
vidéo Hind Rostom


vidéo Lucy


vidéo Mona Al Said


vidéo Naemet Mokhtar

Naima Akef

La célèbre danseuse «Naïma Akef» a aussi marqué l’histoire de la danse orientale égyptienne avec un style différent de celui de Tahiya Carioca et de Samia Gamal, un style qui a fait école en matière de chorégraphie, un style basé sur la performance physique et la maîtrise totale du corps.
Naïma Akef est née en octobre 1929, contrairement à ses deux consœurs elle ne venait pas du monde des cabarets mais du milieu du cirque que son grand-père avait fondé et qui portait le nom de sa famille, «le cirque Akef». Naïma Akef était la fille d’un couple de saltimbanques, elle travailla avec ses parents dès l’âge de quatre ans comme acrobate et devint plus tard la meilleure trapéziste de la famille.
Au moment de la fermeture du cirque familial, Naïma Akef n’avait que quatorze ans et se dirigea vers une carrière de danseuse. Son ambition l’aida à gravir rapidement les marches de la gloire et à devenir une artiste complète et polyvalente. Elle faisait tout avec brio, music hall, cinéma, théâtre, jouant des rôles de femme espiègle avec son regard si malicieux.
Naïma Akef obtint le prix de la meilleure danseuse lorsqu’elle assista au premier festival de la jeunesse à Moscou en 1956, sa photo figure parmi les meilleures vedettes internationales au musée du Bolchoï.
Malheureusement sa carrière fut tout aussi brève que sa vie, elle décéda en 1966 des suites d’une maladie à l’âge de 37ans.

(c) Nidam Abdi, journaliste à Libération

 
naima

vidéo Naima Akef
vidéo Naima Akef



Nagwa Fouad

1943
Nagwa Fouad est née à Alexandrie en Egypte. Enfant unique, sa mère est morte alors qu'elle n'avait que quelques mois. Son père s'est remarié et elle avait une relation étroite et aimante avec sa belle-mère, qui l'a emmenée au Caire. A 14 ans, elle a obtenu un emploi comme réceptionniste pour un agent appelé Orabi. «Quand Orabi m'a vu danser, il m'a convaincue de louer un costume de danseuse du ventre pour 50 piastres et de monter sur scène."
Nagwa Fouad a commencé à danser au Sahara City, un célèbre night-club au pied des Pyramides, puis dans un cabaret prestigieux. Elle se souvient de la façon dont elle tremblait tout en étant interrogée par la police des mœurs - une danseuse du ventre de 14 ans ?  Elle a finalement été libéré, après que le propriétaire du club cinq étoiles avait convaincu les officiers qu'elle avait en réalité 16 ans,l'âge minimum légal pour les danseuses professionnelles. Des décennies plus tard, Nagwa Fouad peut rire de bon cœur de ces débuts.
La première grande étape a été son mariage avec Ahmed Fouad Hassan,  musicien et chef d'orchestre . En 1960, il a donné à Nagwa Fouad sa «première grande chance", lui permettant de figurer sur la célèbre scène où se produisaient, de grandes vedettes comme Shadia, Abdel-Halim Hafez, Fayza Ahmed, et Sabah . "Hassan avait 17 ans de plus que moi, mais j'avais besoin de lui.  Il m'a enseignée l'importance d'étudier et de travailler la danse, si je voulais devenir une grande star. Il m'a envoyée à l'École de danse Nelly Mazloum et j'ai rejoint le National Dance Troupe pour travailler avec les enseignants du folklore russe."
En 1976, Nagwa Fouad atteint le sommet de sa carrière lorsque Mohamed Abdel-Wahab compose pour elle un spectacle spécial  , appelé Qamar Arba'tashar (Pleine Lune). Sa performance lui a permis de changer sa façon de danser. «J'ai "pris" la danse orientale de Tahiya Karioka et Samia Gamal, j'ai créé un spectacle comme une pièce dramatique, dit-elle. "
La danse était sa seule priorité ce qui a déclenché son divorce d'Hassan après six ans de mariage: «Il voulait un bébé et je n'étais pas intéressée du tout car je commençais véritablement ma carrière. Nous sommes restés amis après le divorce."
Elle a gagné beaucoup d'argent en tant que danseuse, mais a beaucoup dépensé pour développer et présenter des spectacles  toujours mieux, toujours nouveaux.
Elle a formé un groupe de 12 danseurs et 35 musiciens et chanteurs, un chorégraphe et un créateur de costumes. «C'était une sorte de petite troupe mobile de théâtre, " nous avons visité le pays et nous avons donné des spectacles partout."
Fouad a toujours été jusqu'au bout des limites de son art, créant sans cesse plus d'événements spectaculaires. Elle utilisait les mots suivants pour décrire ses spectacles  "rénovation, développement, gloire et distinction "
Nagwa Fouad a dû se battre pour que la danse orientale soit respectée.
Ses quatre mariages ont été, peut-être, l'inévitable obstacle d'une vie vécue la nuit, de dur labeur. Mais c'est son mariage avec Sami El-Zoghbi, le gérant de l'Hôtel Sheraton du Caire à l'époque,qu'elle a passé  «les meilleurs moments de sa vie".
Dans le milieu des années 1970, Nagwa  est reconnue "grande danseuse" dans le monde arabe et au-delà. Une nuit, durant ces années de succès éblouissant et de gloire, son mari a reçu un appel demandant où elle allait danser ce soir-là. Nagwa qui avait organisé une fête à Alexandrie dû annuler et venir à l'hôtel Sheraton avant minuit : Henry Kissinger ne voulait pas quitter le Caire le lendemain sans l'avoir vue danser. "Kissinger était si heureux qu'il se leva dansa avec moi".
Lorsque le Président Carter, à son tour, est venu en Egypte avec sa femme, lui aussi, a demandé à voir Nagwa Fouad. «Il m'a dit:« Vous êtes vraiment magnifique. Tout ce qu'a dit Kissinger à votre sujet est vrai."
Fouad a tourné dans plus de 100 films et a dansé dans plus de 250.
En 2002, après avoir déjà annoncé son intention de publier ses mémoires de vie, et de commencer à les écrire à l'aide d'un journaliste égyptien célèbre, Nagwa Fouad décida finalement de ne pas écrire ses mémoires. Après tout, sa vie étant pleine de secret personnels, elle préféra les garder privés et ne pas les révéler à qui que ce soit ...

Forum Bab el qahira

                          













vidéo Nagwa Fouad
vidéo Nagwa Fouad



Randa Kamel

Randa commence à danser à Alexandrie à l'âge de 13 ans et fait partie de la célèbre troupe de Mahmoud Reda. Elle continue son apprentissage au Caire avec deux grands enseignants, Ibrahim Akef et Raqia Hassan.
6 ans plus tard elle fait ses premiers pas en soliste, et à 21 ans une carrière de danseuse professionnelle s'ouvre à elle.
Elle se produit dans les plus grands hôtels et cabarets du Caire ; elle impressionne un public tant égyptien qu'étranger par son charisme et son énergie. Sa qualité technique et sa capacité expressive lui permettent de devenir une danseuse soliste prestigieuse et acquiert une grande renommée dans beaucoup de pays du monde comme : la Norvège, le Brésil, les Etats-Unis, la Suède, la France, etc. Depuis plusieurs années, elle se consacre aussi à la formation, en dirigeant des ateliers et des séminaires au Caire (Festival Ahlan wa Sahlan) et dans le reste du monde.
Elle enseigne ainsi son propre style, unique et fascinant, souvent copié mais jamais égalé... Cette danseuse exceptionnelle combine l'élégance, la puissance, la technique et l'émotion.  Sa danse ne peut pas laisser indifférent. L'étoile du Caire sera en Suisse, pour la première fois les 30 et 31 octobre 2010.

www.esquisse-orient.ch/randakamel.html
 


vidéo Randa Kamel
vidéo Randa Kamel


Samia Gamal


Samia Gamal, de son vrai nom Zainab Ibrahim Mahfuz, née en 1924 à Wana, une petite ville égyptienne et décédée le 1er décembre 1994 au Caire est une danseuse égyptienne.Peu après sa naissance, sa famille partit pour le Caire et s’installa près du fameux bazar Khân al-Khalili. Quand Zainab a rencontré la fondatrice Syro-Libanaise de la danse orientale moderne, Badiaa Masabni, sa vie a pris un tour nouveau. Baadia Masabni a accepté Zainab au sein de sa compagnie de danse et lui a donné le nom de scène de Samiaa Gamal.
Samiaa a rendu la danse orientale plus expressive et lui donna un statut plus respectable. Elle a travaillé sous la direction de Badiaa Masabni alors que Tahia Carioca tenait le premier rôle dans la troupe.
Elle parvient à s'épanouir comme danseuse solo et introduisit un style d'improvisation plus libre dans la danse orientale. Samiaa y incorpora ensuite des éléments étrangers tels que le ballet classique et la danse latino-américaine. Elle s’est mise à utiliser le voile pour danser, son professeur de danse classique, Ilamada Ivanova, lui ayant appris à l’employer pour améliorer le maintien de ses bras. Samiaa Gamal fut aussi la première danseuse orientale à danser sur scène avec des chaussures à talons hauts. Elle a également joué dans de nombreux films (notamment Ali Baba et les Quarante voleurs' avec Fernandel).
Samiaa fit la rencontre de Farid El Atrache et ils tombèrent amoureux l’un de l’autre. Farid Al-Atrache et Samia Gamal jouèrent ensemble en 1949 dans Ahebbak inta (C'est toi que j'aime) d' Ahmed Badrakhan. Cette même année, le Roi égyptien Farouk proclama Samia Gamal « danseuse nationale d'Egypte ». Dans le film Madame la diablesse (Afrita anem) d'Henri Barakat, Samia a joué un double rôle, celui de Semsema, la danseuse, et celui de la femme djinn Kahramana.
Farid El Atrache et Samia Gamal sont devenus un tandem bien connu des films égyptiens. Mais, la romance entre Farid El Atrache et Samia Gamal n'a pas duré, et après leur séparation, elle a joué dans des films internationaux tels que la La Vallée des Rois (1954).
Samia a épousé en 1952 Sheppard King, un millionnaire texan du pétrole, qui s’est converti à l’Islam. Cela a considérablement augmenté la popularité de la danseuse égyptienne, alors qu'elle faisait régulièrement la une des journaux, mais leur mariage ne dura pas longtemps. En 1958, Samia Gamal se maria avec Rushdy Abaza (en), un des acteurs égyptiens arabes les plus célèbres, avec qui Samia a tenu ensuite le premier rôle dans de nombreux films.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Samia_Gamal

 

samia

vidéo Samia Gamal
vidéo Samia Gamal



Soheir Zaki

Soheir Zaki est née à Mansoura, où elle et sa famille vécurent jusqu'à ce qu'elle ait neuf ans, avant de s’installer dans la ville d'Alexandrie.
Soheir est tombée amoureuse de la musique et de la danse dès son plus jeune âge. Ainsi, elle apprit seule à danser en écoutant la radio. Son don pour la danse se manifesta très vite, et elle fut rapidement très demandée pour les fêtes d'anniversaire et les mariages des amis ou de la famille.
Plus tard, Soheir partit pour Le Caire, où elle a commencé par continuer à danser lors de mariages. Elle dansa ensuite dans des night clubs, ses spectacles durant parfois des nuits entières.
Soheir Zaki est devenue l’une des danseuses les plus célèbres des années 60 et 70. Même après s’être retirée, elle n'a rien perdu de son aura et de son charme.
Tout comme Tahia Carioca et Samia Gamal - ses plus grandes sources d'inspiration - Soheir Zaki est devenue une légende en suivant sa propre voie.
Elle a été la première à danser sur une chanson de Oum Kalthum ce qui lui a valu les félicitations de Anouar el-Sadate qui la surnommait «la Oum Kalthoum  de la danse". Et le président de l'Égypte lui aurait dit: «Comme elle chante avec sa voix, vous chantez avec votre corps».
De plus, son oreille musicale très pointue lui a fait gagner le respect de tous les membres de l'orchestre qui l'accompagnaient.
Dans les années 60 Soheir a reçu des félicitations et des médailles du Shah d'Iran, du président tunisien et de Gamal Abdel Nasser (second Président de l'Égypte).
Ce n'était pas toujours facile, même pendant l’âge d’or de la danse égyptienne. Elle a dû surmonter la désapprobation de son père et la mauvaise renommée des boîtes de nuit grecques d’Alexandrie, où elle avait l'habitude de danser, et affronter plus tard sa célébrité à la télévision nationale.
 
Soheir Zakilastscan_2.jpg

vidéo Soheir Zaki
vidéo Soheir Zaki



Tahiya Carioca

Tahiya Carioca,de son vrai nom Tahiya Abla Mohamed Karim est née en 1915 à Ismaïlia. Elle aussi a émigré vers le Caire avec ses parents à l’âge de douze ans et a travaillé dans le cabaret de Badia Masabni. Le style brésilien de ses débuts lui a valu le surnom de Carioca, nom d’une danse brésilienne qu’elle aimait tant reproduire sur scène.
Avec Tahiya Carioca, la danse orientale a atteint des sommets inégalés, elle dansait sur des rythmes plutôt lents et son style sensuel et plus populaire que celui de Samia Gamal, s’est vu propulsé par une riche carrière cinématographique, où elle a remarquablement su marier l’art de la danse à l’art dramatique. Tahiya Carioca a tourné plus d’une centaine de films, son rôle dans le film « chabab imraat » qui signifie la « jeunesse d’une femme » a été nominé au festival de Cannes en 1956. Le titre de ce film a été transposé en français par « la Sangsue » car Tahiya Carioca y joue le rôle d’une femme fatale et de caractère usant de sa féminité pour séduire un homme plus jeune qu’elle, jusqu’au point de lui faire perdre tous ses repères.
Dans la vie Tahiya Carioca était vraiment une femme de caractère qui changeait souvent de mari, elle s’était mariée quatorze fois, mais c’était aussi une femme passionnée et engagée qui avait le courage de critiquer haut et fort ce qui ne correspondait pas à ses idéaux en matière de politique.
Elle a terminé sa carrière en incarnant des rôles de mère dans certains films et s’est également produite au théâtre. Elle s’est éteinte en septembre 1999 à l’âge de 79 ans.


« Je ne l’ai vue danser sur scène qu’une seule fois. C’était en 1950, au casino d’été de Badia, en contrebas de l’emplacement actuel du Sheraton. Quelques jours plus tard, je la croisai devant un étal de légumes, à Zamalek. Elle était aussi provocante et belle que ce soir-là, à ceci près qu’elle arborait désormais un élégant tailleur lavande et des talons aiguilles. Elle me fixa droit dans les yeux, mais, du haut de mes 14 ans, j’étais si troublé que je ne parvins pas à soutenir ce regard insistant et, dans mon esprit, quelque peu aguicheur. Tahia Carioca était la danseuse orientale – ou danseuse du ventre, comme on les appelle aujourd’hui – la plus impressionnante du monde arabe, et ce fut certainement celle qui tint la scène le plus longtemps. Sa carrière aura duré soixante ans. (…)

La danse du ventre est aux antipodes du ballet classique, son équivalent artistique occidental. Dans le ballet, tout converge vers l’élévation, la légèreté, le défi à la pesanteur. La danse orientale telle que Tahia la pratiquait montre au contraire la danseuse de plus en plus solidement campée au sol, jusqu’à s’y ancrer, bougeant à peine et n’exprimant jamais, en tout état de cause, quoi que ce soit qui ressemble de près ou de loin à la légèreté qu’une étoile de ballet classique, homme ou femme, s’efforce de suggérer. La verticalité de la danse de Tahia évoquait une séquence de plaisirs horizontaux, mais, paradoxalement aussi, cette nature insaisissable et cette grâce qui ne peuvent s’épanouir que sur une surface plane. Sa chorégraphie s’inscrivait de toute évidence dans un décor arabo-musulman, mais s’en démarquait pourtant totalement et alimentait même une sorte de tension constante par rapport à ce cadre. (…)

La vie et la mort de Tahia symbolisent l’incroyable volume de tout ce qui, dans notre vie de cette région du monde, n’a tout simplement jamais été ni enregistré ni préservé, malgré les vidéos qui vont sans doute se multiplier, malgré les rétrospectives de ses films, les cérémonies commémoratives où l’on fera son éloge comme on a pu faire celui de sa grande rivale, Samia Gamal, dont le cortège funéraire fut interdit il y a quelques années. Il n’existe aucune filmographie détaillée de Tahia, aucune bibliographie, aucune biographie digne de ce nom, et il n’y en aura probablement jamais. De tous les pays arabes que je connais, aucun ne dispose d’archives d’Etat en propre, de bureau des archives publiques, ni de bibliothèque officielle, pas plus qu’ils n’exercent de contrôle adéquat sur leurs monuments, leurs antiquités, l’histoire de leurs villes, les œuvres d’art architectural particulières telles que les mosquées, les palais, les écoles. Cette prise de conscience ne saurait en rien susciter un sentiment moral, mais évoque une histoire fourmillante, qui déborde de la page, s’étend au-delà du champ visuel et auditif, en devient hors de portée, largement irrécupérable. Pour les Arabes d’aujourd’hui, Tahia me semble incarner cette vie poussée au-delà des limites. »

Edward Saïd, hommage à Tahia Carioca, Al-Ahram Weekly / Courrier International, 10 novembre 1999.

 

 

Tahia Carioca

tahia-carioca

vidéo Tahiya Carioca
vidéo Tahiya Carioca



Danseuses égyptiennes jusqu'au années 60
Danseuses égyptiennes des années 60 aux années 90
Danseuses des années 90 à nos jours
 

 
 
  Créez un site ou une boutique en ligne facilement et gratuitement